Les 6 règles d’or pour bien réussir une brocante

Il est de bon ton de comprendre que le mot « brocante » sous ses allures anodines, renferme tout un conceptFreeLUGien qu’il ne faut pas négliger.
C’est pourquoi je m’en vais vous énoncer ici les 6 règles d’or que toute femme, compagne, amie (ou autre) deLEGOphile, est amenée, à plus ou moins long terme, à appliquer.

Première règle : un objectif clair.
Avant toute brocante, il convient de bien fixer son objectif : la quête deLEGO®. Pour ne pas l’oublier, vous pouvez vous répéter ce mantra connu depuis des siècles et annoné par les hommes les plus prestigieux et brillants qu’ait porté notre terre :

-  Je vis pour lesLEGO®
-  J’aime lesLEGO®
-  Je veux desLEGO®
-  Je n’en serai que plus heureux.

A partir de cet axiome, la brocante semble abordable par tous en raison de la simplicité de l’objectif. Mais attention malheureux, il ne faut pas se fier à l’apparente facilité de l’épreuve, car vous risquez de vous retrouver très vite dépassé. C’est pour cette raison qu’il faut ensuite appliquer la deuxième règle fondamentale...

Deuxième règle : bien préparer son planning.
A en croire les médias, la brocante est devenue l’un des loisirs préférés des Français, entre la messe du dimanche et les repas de famille. Ainsi, les Français, baguenaudant à travers les petits villages de France et de Navarre, découvriraient des merveilles insoupçonnées en chinant au petit bonheur la chance. Mais pour unFreeLUGien digne de ce nom, il faut préparer son terrain de chasse, tel le lion dans la savane. C’est pourquoi, furent inventés « pique-livres » pour la région de Bretagne, « le petit livre des brocanteurs » et d’autres dérivés pour les régions de France, petits ouvrages recensant l’ensemble des brocantes et vide-greniers se déroulant sur le territoire convoité. Un simple esprit pensera à chercher les manifestations les plus proches de son domicile, alors qu’un esprit plus averti aura à cœur de pousser plus en avant sa réflexion et prendra le temps de décrypter les informations de l’ouvrage, tel James Bond qui, rappelons le, doit sa réussite uniquement à sa capacité de réfléchir et de ne pas se précipiter face aux évènements.
Pour une meilleure compréhension de cette règle, voici quelques indices évidents :

-  Brocante » traduire « sans intérêt car consacré aux professionnels ».
-  « Vide-greniers » traduire « pas mal ». Il faut alors regarder le nombre d’exposants. C’est comme la mousse dans le bain, plus y’en a, meilleur c’est.
-  « Vide-greniers pour enfants » traduire « jackpot, à ne surtout pas laisser passer ».

Bref, à travers ces trois exemples, vous pouvez constater que l’on peut au préalable déterminer son planning brocantesque. Néanmoins, après avoir bien balisé le terrain, il ne faut surtout pas négliger la troisième règle, sans laquelle un échec est plus que probable.

Troisième règle : un bon timing.
La encore le petit ouvrage susmentionné est votre principal atout, puisqu’il indique quasiment à chaque fois l’heure d’ouverture de la chasse. Il faut savoir que la réussite est très très souvent synonyme de « lever tôt » et que celui ou celle (mais c’est bien plus souvent « celle » dans le cas présent) qui rechigne à se lever tôt part avec un énorme handicap. Et c’est là qu’intervient votre deuxième atout : votreFreeLUGien. Car lui, très bizarrement et contrairement à toutes les idées reçues de la semaine, est « du matin des brocantes ». Alors plutôt que de miser sur son éventuelle désaffection (après quelques mois vous rigolerez de votre naïveté face à cette notion), prenez cela comme un avantage : « Je me lève tôt, mais tu me prépares le petit-déj ». Visez haut et annoncez que vous ne serez opérationnelle pour trouver desLEGO®, que si l’on vous apporte des croissants. Normalement, vous avez des chances de pouvoir obtenir ce que vous souhaitez tant que vous restez dans les temps. Mais comme toute médaille à son revers, sachez que si vous partez en retard et que la quête s’avère vaine, ce sera toujours de votre faute, et non du fait qu’aucune brique n’était en vente dans la brocante. C’est pourquoi le timing est à prendre très au sérieux.

Une fois sur les lieux, il ne faut surtout pas oublier que ...

Quatrième règle : vitesse d’exécution n’est pas synonyme de précipitation
Cette règle, au même titre que la précédente, pèse énormément dans la balance pour réussir une bonne brocante. En effet, celui qui va se disperser et courir en tout sens est très handicapé par rapport auFreeLUGien qui gardera la tête froide (ne rigolez pas, ça arrive parfois) et qui organisera son chemin.
Ainsi, plusieurs techniques peuvent se présenter, et chacun doit appliquer celle qui lui correspond le mieux.

-  Vous pouvez monter sur une table avec un bon mégaphone et haranguer l’assistance pour savoir qui possède desLEGO® à vendre. Cette technique fait certes gagner du temps, mais comme elle s’avère encore un peu trop novatrice pour le monde des brocanteurs, vous risquez de vous les mettre à dos (surtout si vous leur hurlez dans les oreilles aux aurores) et de passer à côté de belles occasions.

-  Vous pouvez aussi choisir de faire un premier tour (la vitesse du petit trot est conseillée) pour rafler les briques évidentes, puis un deuxième tour plus approfondi pour détecter les briques cachées. C’est à cet instant que les talents de chercheurs d’œufs de pâques seront les plus à même de s’exprimer.

-  Une autre technique consiste à agir en tandem avec votre douce moitié. Le tout est de bien la breaffer à l’avance sur l’objet de la quête. Chacun va prendre la brocante dans un sens et vous pourrez ainsi effectuer un double ratissage des lieux. J’insiste bien sur le fait de répéter avant le départ, que l’on ne recherche « que » des briques, car la dispersion guette. Si votre chère et tendre vous rejoint toute excitée d’avoir trouvée un modèle de passoire datant de sa prime jeunesse, et que vous lui claquez dans les dents que vous n’en avez rien à faire et qu’elle vient de louper 25 mètres d’examen de briques potentielles pour un vulgaire bout de ferraille, vous risquez de perdre un allié précieux. Pensez donc au mantra et ayez de l’indulgence pour ces pauvres êtres pour qui l’évidence de la quête n’est pas toujours si nette.

Cinquième règle : avoir toujours de la monnaie
Cette règle mérite d’être énoncée, même si elle semble une évidence pour certains. En effet, la monnaie est primordiale dans ce genre d’opération, car lorsque la brique magique est découverte, il est INTERDIT de s’en emparer et de fuir avec. Il faut payer et comme le cash est la seule monnaie autorisée il faut s’en pourvoir à l’avance, en quantité suffisante. De plus, ne soyez pas trop ambitieux et n’arrivez pas avec votre billet de 50 euros en pensant tomber sur l’affaire du siècle : votre poids enLEGO® pour seulement 50 euros. Laissez tomber l’utopisme, car vous risquez de vous retrouver à manger une saucisse-frites à 9 heures du matin, pour casser votre billet et régler les 2 euros de votre acquisition. Et même s’il n’y a pas d’heure pour la saucisse-frites, ce ne serait pas vous rendre service que de continuer à ce régime tous les dimanches.

Sixième règle : établir un bon réseau
Vous l’aurez compris, plus on fait de brocantes meilleures sont les chances de réussite. Or, comme vous ne pouvez pas vous dédoubler pour être sur plusieurs lieux à la fois (et que votre épouse a rejeté l’idée de se rendre en scooter sur les brocantes les plus proches pendant que vous vous occupez de celles plus éloignées), il vous faut entretenir un bon réseau de relations, qui veillera à chercher lesLEGO® pour vous. Rappelez-vous que Napoléon ne doit son empire qu’à cet adage « Diviser pour mieux régner ». Pour créer un bon réseau, vous pouvez compter sur toutes les personnes sensibles à votre goût de la brique (si par hasard, vous collez un couple de mariés en LEGOsur votre gâteau de mariage, vous pouvez même compter sur votre grand-tante qui viendra enfin de comprendre votre attirance pour la brique). Il n’y a donc pas de règle pour créer un bon réseau, si ce n’est de donner au préalable à vos indics une petite idée du prix de la brique et des signes caractéristiques de son authenticité. Sinon, vous risquez de vous retrouver face à un pauvre être désemparé qui ne comprendra pas votre déception face à ce tas de MEGABLOK qu’il aura payé les yeux de la tête.

Voici en quelques lignes les grandes lignes directrices de la réussite d’une bonne brocante, sachant qu’il ne faut jamais perdre de vue que « la brocante c’est comme les concours : 50% de préparation, 30% de chance et 20% des autres candidats ».

Véro.

Navigation

AgendaTous les événements

Brèves Toutes les brèves